L’email n’est pas mauvais que pour la productivité


Résumé : l’email facteur de lourdeur organisationnelle et de déperdition d’information on connait et des entreprises comme ATOS ont décidé de prendre le problème à bras le corps…avec des recettes dont on jugera de l’efficacité avec le temps. Autre facette du problème, plus souvent passée sous silence, l’impact de l’email sur le bien être au travail et les risques qu’il engendre sur la santé des salariés. C’est la raison qui a poussé Volkswagen a couper l’usage du Blackberry le week end. Un même coupable désigné mais deux approches radicalement opposées et possiblement contradictoires d’un point de vue culturel. Mais au final un même constat : l’outil n’est qu’un bouc émissaire qui cache de vrais problèmes de comportements et pratiques individuelles.

publié par duperrin.com
 
 Aller lire l'article sur duperrin.com