Google, le temps de chargement des pages comme facteur de classement?


Google est le roi de l’Internet. Sans référencement sur le moteur, point de salut pour votre visibilité.

Voila des jours que l’on entend parler de la probable ou supposée disparition du fameux « PageRank« , l’indice de classement des pages dans l’immense index de Google Search.

google-page-rank

Pour autant, afin de présenter des résultats pertinents, il faudra toujours « classer » les liens. Et voila que fait son apparition une rumeur concernant un possible critère qui influerait sur l’ordre d’apparition des résultats sur les pages de recherche: le temps de chargement des pages.

optimisation-performance-site-internet

C’est Matt Cutts en personne qui l’a annoncé dans une interview vidéo (cela commence à la minute 2’35″) pour Webpronews.

On le sait, Google veut tout faire pour « accélérer » le Web. Les récentes annonces concernant SPDY (un protocole remplaçant HTTP qui permettrait des gains jusqu’à 55%), Go, un langage de programmation hyper productif est adapté au Web et encore un peu avant PageSpeed et des white papers sur le SEO.

Laissez moi vous dire tout de suite ce que j’en pense; personnellement, j’imagine que cela va devenir la course à la puissance coté serveurs et hébergeurs. Les « professionnels » auront les finances nécessaires pour s’acheter des serveurs dédiés, des prestations d’optimisations de webdesign et autres volumes chez les CDN. Les autres disparaitront.

Dans un sens, c’est bien; cela obligera tout le monde à avoir un site de qualité pour exister sur le net.
De l’autre, cela va occulter toute une partie du Web underground fait par les utilisateur. Pourtant je pensais qu’on était à l’ère du Web 2.0 et le fameux UGC (User Generated Content). Vive la fracture numérique!

riche-pauvre-fracture-bresil

Du coup je sens que l’optimisation des sites et des scripts va occuper une bonne partie du temps des développeurs web en 2010. Tant mieux pour eux ;)

En attendant, je vous conseille de garder un œil sur le site dédié à ces problématiques chez Google.