[Etude] Les internautes veulent des sites 2 fois plus rapides qu’en 2006


En France l’ADSL est de très loin le premier moyen de connexion des internautes, suivi par le câble.
Ces moyens de connections rapides nous ont fait oublier le temps ou l’on attendait le chargement des pages Web plusieurs secondes.

Cet effet est de plus renforcé par des navigateurs plus matures et beaucoup plus rapides, ainsi que des ordinateurs plus performants. Malgré cela, les internautes sont de plus en plus exigeants vis-à-vis des sites qu’ils visitent.

fast-internet

Une étude du cabinet Forrester Consulting montre en effet que les attentes des internautes ont significativement changé durant ces dernières années. Globalement, ils s’attendent à voir la vitesse de chargement des sites fortement réduite.

L’étude a porté sur plus de 1000 acheteurs en ligne lors de leurs achats, tous secteurs confondus.

Une donnée intéressante ressort de cette étude:

  • En 2006, un internaute commençait à s’impatienter au bout de 4 secondes pour le chargement des pages d’un site de e-commerce.
  • En 2009, ce délai s’est réduit à peau de chagrin: 2 secondes

En à peine 3 ans le délai supportable pour un internaute moyen a été divisé par 2.

Voici également d’autres chiffres issus de cette étude:

  • 47% des internautes s’attendent à un chargement dans les 2 secondes
  • 40% des internautes abandonnent leurs navigations si un chargement met plus de 3 secondes
  • 52% des internautes affirment que leurs fidélités à un site de e-commerce est lié au temps de chargement
  • 14% s’en vont sur un autre site si les pages se chargent lentement
  • 23% arrêtent définitivement leurs recherches dans ce cas, sans même aller sur un autre site
  • 63% des internautes mécontents changent de sites pour leurs prochains achats

Bien entendu, cette étude commandée par Akamai met le doigt là ou ça fait mal, mais aussi là où il y a du business pour eux.

Néanmoins, il est intéressant de constater le changement rapide de comportement face à la lenteur d’un site.
Et effectivement, lorsqu’on se retrouve sur une mauvaise connexion (disons en dessous de 2Mbits / sec) après avoir bénéficié d’une connexion très rapide, notre seuil de tolérance est largement revu à la baisse.

escargot-lent

Il semblerait donc que l’optimisation des sites web soit une priorité. 2 secondes, c’est très peu!

Lire l’étude complète de 2009 (.PDF)

Lire l’étude complète de 2006 (.PDF)

via pingdom.com